Pascale (Kalou) Pesce et Asma  Asbl

Réflexes archaïques et posturaux.

Qui sont ils?

« Derrière chaque mouvement accompli avec aisance et succès se trouve des réflexes, des réactions de redressement et des réponses d'équilibration »

Bonnie Brainbridge Cohen.

Capture d ecran 2019 08 15 a 18 18 14© dessin : Valérie Jacques et Kalou Pesce 

Qu'est ce qu'un réflexe?

Un réflexe est une  réponse motrice insconsciente ou involontair , en réponse à un stimuli, interne ou externe (sensitive, sensoriel, kinesthésique, interne)

L'utilité des réflexes archaïques est d'assurer :

  • la survie de l'espèce ( avec des réflexes tels que retrait, moro, succion, aggrippement),

  • l'équilibre postural (avec des réflexes tels que RTL, RTSC, landeau, RTAC, redressement),

  • d'établir l'alphabet du mouvement,

  • de passer du stade de comportements réflexes à des mouvements coordonnnés (et variés ) afin d'atteindre un but.

C'est ce passage d'une vie dirigée par les réflexes à une vie orientée vers un but qui est le fondement de notre évolution future.

Ces réflexes archaïques sont présents  in utéro et pour la plupart jusqu'à la première année de vie, ils sont générés par le cerveau reptilien.

Leur mode d'évolution connait les même phases:

  • Naissance
  • Développement
  • Pleine activité
  • Inhibition (ou intégration.)

 

Il ne peuvent disparaître et céder la place au suivant que si l'expérience sensorielle et motrice qu'ils doivent faire vivre au bébé est complète.

Si pour l'une ou l'autre raison , un réflexe primitif ne peut aller jusqu'au bout de son cycle (césarienne, maxi cosi, trotteurs, siège, mobilité réduite, stress...) , certains d'entre eux restent plus ou moins actif dans le corps de l'enfant.

On parle alors de rémanence. Cette rémanence, cette non étape vécue, pèse sur les étapes suivantes du développement.

 

Comment ça marche?

Capture d ecran 2019 08 15 a 18 25 48© dessin : Valérie Jacques et Kalou Pesce 

L'enfant qui vient de naître perd la mobilité tête tronc, et a des mouvements saccadés des  jambes et des bras.

Par la répétion rythmique et systématique de mouvements, il va apprendre aux muscles et articulations à coopérer entre eux, et va installer des attitudes de redressements, grâce à ses propriocepteurs, et ses « entrainements » ; tout en se musclant et en cablant son système neuronal jusqu'à trouver une réponse appropriée au stimuli proposé.

Par exemple :

L'enfant dans le ventre de maman peut sucer son pouce, attraper son cordon..

Sorti du ventre, il va devoir braver la gravité et les notions d'espace pour arriver à mettre son pouce dans sa bouche... ce qui amènera plus tard à pouvoir  coordonner le mouvement de "cuillère- bouche".

Il en va de même avec l'enfant qui est posé sur le ventre après sa naissance et dans les premiers mois de sa vie.

La tenue de la tête va s'effectuer par exemple grâce au Réflexe Tonique Labyrinthique arrière, (tension de la chaine musculaire arrière)

Le relâchement du corps se fait grâce au Réflexe Tonique Labyrinthique avant (qui influence le  repos de la chaine posturale avant );

Cela s'effectue par simple mouvement de la tête, sans même y réfléchir.

C'est un réflexe.

Capture d ecran 2019 08 15 a 18 18 14© dessin : Valérie Jacques et Kalou Pesce 

 

Réflexes non intégrés? quel rapport avec l'apprentissage?

Si à chaque mouvement de tête, de bras par exemple, ou si dès que l'on touche le dos d'un enfant en âge d'apprendre, une réaction réflexe s'installe, le corps y répond par un mouvement... involontaire.

L'enfant (et l'adulte devenu) perd beaucoup d'énergie à contrôler son corps, et ne peut mettre cette énergie pour garder son attention, ou tenir un crayon.

Ces réflexes actifs, cad non intégrés dans le système nerveux central influencent :

  • L'équilibre
  • La motricité (globale ou fine)
  • Les comportements de stress- sécurité
  • Le dévoloppement de la latéralité
  • Des troubles visuels et des difficultés spatiales
  • Des difficultés à rester assis, à se concentrer.

 

Capture d ecran 2019 08 15 a 18 25 36© dessin : Valérie Jacques et Kalou Pesce 

L'absence de psychomotricité libre dans la petite enfance et la présence de réflexes de peurs actifs auront  une influence sur l'attention et l' hyperactivité également.

Une réintégration de ceux ci , en séance, par des jeux appropriés et des mouvements ciblés, aidera ces enfants à aller au bout des mouvements que le corps aurait du faire, et ceci permettra de quitter ces réactions.

Le travail de réintégration améliore la liberté de mouvements, et les effets précités.

 

Techniques utilisées en séance.

Les Rythmic Movement Training du Docteur Blomberg

L'IMP de Paul Landon

Le Brain Gym de Paul Dennison.

Les BBA de Cécilia Koester.

Lecture pour mieux comprendre:

"Papa, Maman, j'y arrive pas" de Marie Claude Maisonneuve. Ed Quintessence.

" Le pouvoir des réflexes à l'école" de Emanuelle Shuterland. Ed Fabert

"Sentir, ressentir, agir" Bonnie Bainbridge Cohen. Ed nouvelles de danse.

 

 

En pratique:

Les séances proposées s'accompagnent :

  • d'un bilan de réflexes intégrés-non intégrés
  • du lien entre ces réflexes et les objectifs demandés;
  • d'un travail de réintégration en séance ( Mouvements rythmés, Pressions isométriques, mouvements du réflexe, mouvements de Brain Gym...)
  • la mise en place d'un programme court de mouvements à reproduire à la maison.

 

Ces séances durent de 1h15 (pour la première séance) à 50 minutes pour des séances hedomadaires.

Le rythme des séances varie en fonction de la demande et des objectifs à atteindre.

Lorsque le programme est installé et les mouvements appris, l'enfant viendra soit tous les 15 jours soit toutes les 3 semaines en fonction de l'avancement d'intégration.

Au début du travail, il y a quelques séances  hebdomadaires, dans un temps très limité.

Nous voyons ensemble le rythme possible pour chacun et pour une meilleure intégration des réflexes.

Je vous donne toutes les informations nécessaires par téléphone au 0476 933 705.

 

Date de dernière mise à jour : 15/08/2019